Troupeau Highland

Depuis début septembre 2014, l’Adapemont investit pour l’entretien des pelouses sèches et la diversification de son offre de réinsertion, avec la création d’un troupeau conservatoire de vaches « Highland », race écossaise au tempérament très calme, bien adaptée au climat jurassien.

« Débroussailleuses écologiques », ces grands herbivores rustiques, au look attachant, se contentant d’un fourrage très maigre, sont utiles pour restaurer et préserver les quelques 20 hectares du parc communal de Racluse à Moirans-en-Montagne menacés par la friche : le broutage et le piétinement favorisent à la fois la réouverture paysagère et la diversification de la flore.

_MG_4166-re

 

Le parc comprend une zone d’accueil avec un piège, une contention pour le vétérinaire, un box pour sevrer les veaux, un abri pour le foin, des réserves d’eau. Une seconde zone est destinée au contrôle des naissances pour les vaches prêtes à vêler, une 3ème pour accueillir les mères et les jeunes veaux, une 4ème pour les vaches taries et le taureau, et une dernière pour les génisses.

Le troupeau est géré par 5 personnes en contrat d’insertion, plus un encadrant technique, salariés de l’Adapemont. Cette équipe a pour mission de gérer le troupeau, aménager les parcs, assurer la maintenance des clôtures électriques, d’apporter les soins nécessaires aux vaches, surveiller les vêlages et réaliser le sevrage des veaux, etc.

highland cattle-9559

 

Déjà 3 naissances sont venues grossir le cheptel qui compte maintenant 16 individus.

highland cattle-9604

 

 

 

 

 

 

 

_MG_4077-re

_MG_4139-re

logo troupeau

Une souscription est ouverte pour soutenir l’association dans les investissements à réaliser : tracteur, bétaillère, râteliers, matériel de clôture, etc.

2 plusieurs commentaires

  1. Belles photos, explications claires … ça donne envie d’en savoir plus !
    Un manque : vous ne désignez pas le territoire sur lequel ce troupeau fait son travail avec les humains qui les aident.
    Pouvez vous me le dire, s’il vous plait?

    bonne continuation
    Claudine HIEYTE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*